Accrochages d'arts graphiques

Dessins de Jean-François Millet (1814-1875) de la collection Moreau-Nélaton

Accrochage salle 68
2 juillet - 6 octobre 2014


Jean-François MilletEtudes pour Paysanne donnant à manger à son enfant et Bergère et troupeau© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Thierry Le Mage
Etienne Moreau-Nélaton (1859-1927), propriétaire du Déjeuner sur l'herbe de Manet, a complété sa collection par l'acquisition de nombreuses oeuvres graphiques afin de constituer une véritable anthologie de l'art du XIXe siècle.
Il s'intéressait au dessin comme laboratoire de la création et terrain de liberté tant plastique qu'iconographique. Très proche de Jean-François Millet, il termine la biographie qu'il lui consacre en 1921, Millet raconté par lui-même, par un album de ses dessins afin d'en souligner la qualité et la puissance.

Les deux cent-soixante-quatre oeuvres qu'il lègue en 1927 proviennent de la vente après décès de l'atelier de l'artiste les 10 et 11 mai 1875 et de la succession de la Veuve Millet les 24 et 25 avril 1894.
Croquis, esquisses préparatoires comme dessins uniques témoignent de l'intérêt du collectionneur pour la démarche créatrice de l'artiste et l'évolution de ses compositions.

Jean-François MilletLa plaine de Barbizon au crépuscule© RMN-Grand Palais (musée d'Orsay) / Martine Beck-Coppola
Moreau-Nélaton a acquis peu de pastels de Millet : La Baratteuse, ici présentée, ne lui a pas appartenu, à la différence des études qui l'accompagnent, plus dans l'esprit de la collection, témoin de l'aspect expérimental du dessin.
Cet accrochage est l'occasion de découvrir des dessins peu montrés notamment en raison de la clause du legs Moreau-Nélaton interdisant le prêt de ces œuvres; à côté d'études pour des tableaux célèbres et d'images de travailleurs aux gestes énergiques, sont exposés des paysages explorant de nombreuses techniques graphiques et des dessins pour l'Ogre et le Petit Poucet ou encore Barbe Bleue.

Dessins de Camille Pissarro : paysages

Accrochage salle 69
30 juin – automne 2014


Cet ensemble d'oeuvres de Camille Pissarro (1830-1903) est très représentatif de l'art de celui que l'on qualifie de l'un des pères de l'impressionnisme. L'artiste n'a jamais cessé ses recherches sur la meilleure représentation de la lumière.
Les différents procédés qu'il a éprouvés depuis les premières expériences impressionnistes jusqu'à la technique pointilliste sont ici mis en évidence. Pissarro atteint avec ses paysages une parfaite maitrise alliant unité de couleurs et force de la composition.

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter