40e anniversaire des dations

La dation en paiement a été instituée par la loi n°68-1251 du 31 décembre 1968, pour favoriser la conservation du patrimoine artistique national. La dation constitue un mode exceptionnel de paiement en nature de certains impôts. Le texte de la loi stipule que "tout héritier donataire ou légataire peut acquitter les droits de succession par la remise d'oeuvres d'art, de livres, d'objets de collection ou de documents de haute valeur artistique ou historique". La loi de 1968 a été confirmée et étendue par les gouvernements successifs, d'abord aux droits sur les mutations à titre gratuit entre vifs et au droit de partage en 1973, puis à l'impôt de solidarité sur la fortune, en 1982.

Le contribuable dépose auprès de l'administration des impôts son offre de dation, qui est examinée par la Commission interministérielle d'agrément pour la conservation du patrimoine artistique national. Sur la base de l'avis de la commission, le ministre du budget décide d'accepter ou de refuser l'oeuvre proposée et le notifie à l'auteur de l'offre, qui en accuse réception. L'oeuvre, devenue propriété de l'Etat, rejoint les collections nationales.

La Commission interministérielle est composée de cinq membres : deux représentants du ministre du budget, deux représentants de la ministre de la culture et de la communication, et le Président, nommé par le Premier Ministre, actuellement Jean-Pierre Changeux, membre de l'Institut et relevant du ministère de l'Education nationale.

Le dispositif de la dation en paiement a permis l'entrée dans le patrimoine national notamment de L'astronome de Vermeer, du Portrait de Diderot de Fragonard, de L'Origine du monde de Courbet, des collections du musée Picasso, du Mur d'objets d'André Breton, ainsi que d'oeuvres de Braque, Matisse, Bacon, Calder ou Rothko.
Ont également été acquis par dation le trésor de Rethel et celui de Boscoreale, des meubles royaux, une grande partie des archives de Viollet-le-Duc et de Claude Lévi-Strauss, des manuscrits de Montesquieu, Jules Verne, Marcel Proust, Simone de Beauvoir et Jean-Paul Sartre.
On compte aussi, parmi beaucoup d'autres dations, la collection de volcanologie de Katia et Maurice Krafft, la collection de minéraux de Roger Caillois, les archives de Louis de Broglie, des hélicoptères Hiller, des ordinateurs Bull, des prototypes automobiles, ou encore des coléoptères de Camargue dont certains ont maintenant disparu.

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter