Cabinets d'architecture

Architectures parisiennes du Second Empire

Salles 17 et 21
Du 30 mai au 15 septembre 2014

Fonctionnalité et monumentalité

Dessins, photographies, peintures, sculptures et gravures du musée d'Orsay

positif
Delmaet & DurandelleConstruction de l'Hôtel Dieu, côté rue d'Arcole© DR - Musée d'Orsay (dist. RMN) / Patrice Schmidt
Au début du Second Empire, la population de Paris étouffe dans une ville dont les rues sont anciennes et trop étroites. L'empereur Napoléon III, sensibilisé depuis son séjour à Londres aux questions urbaines, et Georges Eugène Haussmann, administrateur énergique nommé préfet de la Seine en juin 1853, engagent alors la transformation de la capitale suivant un plan d'ensemble dont l'idée était dans l'air depuis quelques années.

La loi de 1852 sur l'expropriation permet de financer l'ouverture de nouvelles voies, destinées à aérer le centre de Paris et y faciliter la circulation. Les immeubles qui les bordent suivent des règles de construction précises, assurant une harmonie urbaine, sobre et classique.

Amplifiés par l'annexion des communes périphériques (1860), ces travaux considérables entraînent de nombreuses destructions mais suscitent aussi la construction de nouveaux édifices publics destinés à répondre aux besoins croissants de la population et à embellir les perspectives des nouvelles avenues. Leur écriture architecturale oscille entre une simplicité classique, garante d'économie, et une opulence décorative qui accentue leur monumentalité.

La "Fête impériale"

Dessins, photographies, peintures, sculptures et gravures du musée d'Orsay

Victor Navlet (1819-1886)
 L'escalier de l'Opéra
 Vers 1880
 Huile sur toile
 H. 131 ; L. 196 cm
 Paris, musée d'Orsay
Victor NavletL'escalier de l'Opéra© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot
La modernisation des édifices de spectacle constitue un aspect important de la transformation de Paris menée par le préfet Haussmann.
A l'occasion du percement du boulevard du Prince Eugène (aujourd'hui boulevard Voltaire), celui-ci fait disparaître la partie du boulevard du Temple rassemblant les principaux théâtres parisiens dont l'animation excessive lui paraît une menace pour l'ordre public.

La plupart de ces établissements sont remplacés par des constructions dont l’administration choisit soigneusement la situation. Les théâtres du Châtelet sont conçus pour constituer avec le théâtre de la Gaité, placé à proximité, un nouveau lieu de divertissement au centre de Paris, assurant l'animation nocturne autour de l'Hôtel de ville et du boulevard de Sébastopol.
Le plus important de ses édifices est le nouvel Opéra, reconstruit par l'Etat après l'attentat d'Orsini à un emplacement stratégique et monumental.

Les architectures fastueuses de ces édifices participent à la "Fête impériale" : au-delà du divertissement, elles procurent à ses principaux utilisateurs, bourgeois et mondains du Second Empire, l'occasion de mettre en scène leur ascension sociale.

Application mobile

Application mobileLes Paris d'Orsay. Architectures du Second Empire
Redécouvrez l'architecture parisienne du Second Empire à travers les collections du musée d'Orsay grâce à une application mobile gratuite, disponible pour téléphones et tablettes iOS ou Android. Plus d'infos sur cette page.

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter