Cabinets d'architecture

L'art nouveau et ses avatars : Paris (1)

Dessins et publications d'architecture du musée d'Orsay

Salle 17
Reflet de de l'évolution culturelle profonde des sociétés occidentales, les recherches artistiques de la fin du XIXe siècle pour renouveler l'historicisme affectent tout particulièrement l'architecture : comme dans les arts décoratifs, l'Art nouveau s'inspire des formes du monde naturel. En France, Hector Guimard parvient à dépasser l'organicisme gothique de Viollet-le-Duc pour mettre au point un langage novateur dont témoigne sa première grande réalisation, le Castel Béranger (1898). Mais le plus souvent, les formes Art nouveau se mêlent à d'autres références, régionalistes (chez Marin et Graf ou Breffendille), Louis XV (chez Brandon, Jaussely, ou Bouwens van der Boijen), antiques (chez Hermant ou Hornecker) ou orientales (chez Binet). L'Exposition universelle de 1900 (Sébille ou Pille) laisse peu de place aux lignes ondulées de l'Art nouveau. Ces recherches hétérogènes, où le rôle du dessin est fondamental, libéreront l'ornement de la structure, rompant avec la théorie architecturale classique fondée sur les ordres et ouvriront la voie au XXe siècle.

L'art nouveau et ses avatars : Vienne (2)

Dessins et publications d'architecture du musée d'Orsay

Salle 21
L'Art nouveau, appelé "Jugendstil" dans la sphère germanique, y privilégie l'évocation de la nature. A Vienne, le creuset de ce renouvèlement est, à l'Académie des Beaux-Arts, l'atelier d’Otto Wagner, architecte proche des artistes fondateurs de la Sécession, qui comptent le plus célèbre de ses élèves Josef Hoffmann. A son instar, les architectes Emil Hoppe, Marcel Kammerer, Otto Schonthal, également formés par Wagner et dont le musée d'Orsay conserve d'importants dessins, recourent à leur début aux formes naturalistes mais dans la capitale de l'Empire austro-hongrois, celles-ci restent contraintes par une régularité classique, héritage de la sobriété de l'époque Biedermeier (villa Vojsick). Cet héritage influence un langage ornemental nouveau géométrique (palais Fischer). A l'opposé, certains projets s'inspirent de la Vienne baroque (projets pour le palais de Schönbrunn). Dans leur diversité, ses recherches, où le rôle du dessin est fondamental, libéreront l'ornement de la structure, rompant avec la théorie architecturale classique fondée sur les ordres et ouvriront la voie au XXe siècle.

La ville lumière

Fond de nef

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter