Des Trois Glorieuses à la Troisième République

Restauration

Jean Baptiste IsabeyLouis XVIII© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / DR
La Restauration succède au premier Empire. Elle consacre le retour de la monarchie et des Bourbon. Les rois acceptent de limiter leur pouvoir et de garantir certaines libertés par la Charte. Les deux frères cadets de Louis XVI se succèdent au pouvoir. Louis XVIII règne de 1814 à 1824. Son règne est interrompu par les Cent jours, du 20 mars au 22 juin 1815, période durant laquelle Napoléon Ier revient au pouvoir avant la défaite de Waterloo qui marque la fin définitive de son règne. Charles X s'installe ensuite sur le trône de France de 1824 à 1830. La Restauration s'achève avec la révolution de Juillet 1830 qui aboutit à l'abdication de Charles X.

 

La Révolution de juillet 1830 et la monarchie de Juillet

Eugène DelacroixLe 28 juillet 1830 : la Liberté guidant le peuple© RMN-Grand Palais (Musée du Louvre) / Hervé Lewandowski
Après une longue crise ministérielle puis parlementaire, le roi Charles X auteur d'un coup de force constitutionnel le 25 juillet 1830 dresse le peuple parisien contre lui. Les 27, 28 et 29 juillet 1830, journées baptisées les "Trois Glorieuses", les émeutiers érigent des barricades dans les rues et affrontent l'armée dans de sanglants combats qui font plus de mille morts.
Charles X et la famille royale fuient Paris. Les députés libéraux maîtrisent la révolte populaire et font admettre l'instauration d'une monarchie constitutionnelle. Un roi va en chasser un autre, la dynastie des Bourbon est supplantée par la dynastie des Orléans avec Louis-Philippe 1er. Cependant, la monarchie n'est plus absolue et le drapeau blanc cède à nouveau la place au drapeau tricolore, surmonté du coq gaulois. Le Roi de France est désormais Roi des Français.

 

La Révolution de 1848

Ernest MeissonierLa Barricade, rue de la Mortellerie, juin 1848© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / DR
Après 1789 et 1830, c'est la troisième révolution qui se déroule à Paris les 23, 24 et 25 février 1848. Alors que la monarchie de Juillet est en crise et que la contestation gronde, une fusillade meurtrière avive l'insurrection : Paris se soulève à l'appel des libéraux et des républicains. Les émeutiers prennent le contrôle de la capitale.
Louis-Philippe refuse de réprimer ce soulèvement en faisant couler davantage de sang (350 morts, 500 blessés). Contraint à l'abdication, le monarque souhaite céder le pouvoir à son petit-fils, ce que les révolutionnaires rejettent. Le 25 février 1848, la IIe République est proclamée.

 

La IIe République

Tableau
Honoré DaumierLa République© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Au cours de ses premiers mois d'existence, la IIe République est dirigée par un gouvernement provisoire. Cette période initiale est marquée par l'abolition de l'esclavage dans les colonies françaises et par l'instauration du suffrage universel masculin. Mais une grave crise économique provoque la misère chez les ouvriers qui se révoltent en juin 1848. Cette insurrection est réprimée dans le sang par les troupes gouvernementales de Cavaignac.

Après la proclamation d'une nouvelle constitution le 4 novembre, l'élection du président de la République a lieu le 10 décembre 1848. C'est Charles Louis Napoléon Bonaparte, neveu de Napoléon Ier, qui est choisi par les urnes. Après deux tentatives de coup d'Etat contre la monarchie de Juillet, il avait dû s'exiler au Brésil, puis aux Etats-Unis, enfin en Angleterre. Rentré en France, il parvient à se faire élire grâce au souvenir du Ier Empire, à la division des gauches et aux voix du parti de l'Ordre.

Napoléon III et le Second Empire

André-Alphonse-Eugène Disdéri Portrait de Napoléon III debout© Musée d'Orsay
Le 2 décembre 1851, le Prince-président Charles Louis Napoléon Bonaparte, s'empare de tous les pouvoirs grâce à un coup d'Etat. Un an plus tard, le 2 décembre 1852, il restaure l'Empire et règne alors sous le titre de Napoléon III.

Mêlant autoritarisme et politique sociale il veut moderniser le pays et sa capitale. Influencé par son séjour à Londres qui lui a fait prendre conscience des problèmes d'urbanisme, il est l'instigateur de profondes transformations de Paris. Fait prisonnier à Sedan le 2 septembre 1870 par la Prusse et les autres états allemands auxquels il avait déclaré la guerre le15 juillet 1870, il est déchu de son trône. La IIIe République est proclamée le 4 septembre.

 

La Commune de Paris

E. QuetierDéboulonnement de la Colonne Vendôme© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Michèle Bellot
Après la signature de l'armistice qui met un terme à la guerre franco-prussienne (28-29 janvier 1871) en prévoyant de céder l'Alsace-Lorraine aux Etats allemands, Paris refuse de se soumettre. Le 18 mars marque le début de l'insurrection populaire appelée Commune de Paris. Cet épisode s'achève tragiquement par la Semaine sanglante (30 000 morts et de nombreuses déportations en Nouvelle-Calédonie).

La Commune prend des allures de mythe pour les révolutionnaires du monde entier qui chantent encore L'Internationale, écrite par Eugène Pottier en juin 1871, mise en musique par Pierre Degeyter en 1888 et diffusée dans les années 1880-1890.

La IIIe République (1875-1940)

Détail d'une peinture de Claude Monet représentant la rue Montorgueil à Paris, décorée de drapeaux tricolores pour la fête du 30 Juin 1878.
Claude MonetLa Rue Montorgueil à Paris. Fête du 30 juin 1878© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
La IIIe République, le régime politique français qui possède la plus grande longévité depuis 1789.
Elle est proclamée le 4 septembre 1870, après la défaite de Sedan et la chute du Second Empire. Cependant, on considère qu'elle ne débute vraiment qu'en 1875, après une lutte entre monarchistes, bonapartistes et républicains, quand l'amendement Wallon, qui fait état du mot "République" est adopté avec une large majorité : "Le Président de la République est élu à la majorité absolue des suffrages par le Sénat et la Chambre des Députés réunis en Assemblée nationale. Il est nommé pour sept ans, il est rééligible".

La IIIe République perdure 65 ans, en dépit d'importantes crises politiques : scandale de Panama, crise boulangiste, affaire Dreyfus. C'est elle qui a crée l'école publique gratuite et obligatoire pour tous et fait voter la loi de séparation des Eglises et de l'Etat.

Haut de la page

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion