Musée d'Orsay: Hommage à Françoise Cachin

Hommage à Françoise Cachin

Berthe Morisot au bouquet de violettes, Huile sur toile
Edouard ManetBerthe Morisot au bouquet de violettes© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski
Le musée d'Orsay est orphelin. Une très grande figure des musées de France et de l'histoire de l'art vient de s'éteindre.

Françoise Cachin nous a quittés dans la nuit du 4 au 5 février. Elle avait été le premier directeur du musée d'Orsay de 1986 à 1994 et lui avait donné son impulsion décisive.

Petite fille du peintre néo-impressionniste Paul Signac, auquel elle avait consacré un catalogue raisonné paru en 2000, et de Marcel Cachin, fondateur du Parti communiste français, elle était la fille du pédiatre Charles Cachin et de Ginette Signac, généreuse donatrice des musées de France. Le musée d'Orsay peut ainsi s'enorgueillir d'exposer L'air du soir de Henri-Edmond Cross, L'entrée du port de La Rochelle de Paul Signac qu'elle avait offerts aux musées nationaux en 1976.

D'abord tournée vers l'art moderne, Françoise Cachin occupe des fonctions de conservateur au musée national d'Art moderne au Palais de Tokyo, puis au Centre Pompidou. Elle est le commissaire d'une rétrospective Paul Klee en 1969. Dès ses débuts en 1978, elle rejoint l'équipe de préfiguration du musée d'Orsay alors dirigée par Michel Laclotte, et travaille en particulier à l'exposition Pissarro en 1981. Elle prépare ensuite la rétrospective Manet présentée au Grand Palais en 1983, dont le catalogue demeure aujourd'hui encore un ouvrage de référence.

Nommée directrice du musée d'Orsay, en décembre 1986, quelques jours après son ouverture, elle donna rapidement au musée sa stature internationale en le dotant d'un programme d'expositions ambitieuses et d'une politique culturelle sans égale dans les musées. Elle n'en réalise pas moins dans le même temps deux expositions qui font date : Gauguin en 1989 et Seurat en 1991. Nous lui devons aussi d'être à l'origine de la venue à Paris de la très célèbre, mais presque secrète, collection Barnes. Très introduite parmi les collectionneurs, elle a su nouer d'étroits contacts avec le donateur Philippe Meyer qui a considérablement contribué à l'enrichissement des collections du musée et à de nombreuses reprises.

Après huit années à la tête du musée, elle devient directeur des musées de France en 1994 et contribue à l'élaboration de la "loi musées". Durant cette période, elle trouve néanmoins le temps de continuer à s'attacher à sa spécialité et propose l'exposition Signac au Grand Palais en 2001. Après avoir quitté ses fonctions en 2001, elle participa à la fondation de FRAME (French Régional and American Museum Exchange) animée par ses soins jusqu'en 2007.

Françoise Cachin laissera le souvenir d'une grande dame aux convictions bien arrêtées. On retiendra certaines positions tranchées avec, en particulier, un article intitulé "Les musées ne sont pas à vendre", paru dans Le Monde en 2007 et contresigné par Jean Clair et Roland Recht. On conservera d'elle aussi le souvenir de son acuité exceptionnelle et une ouverture intellectuelle sans égale. A ce jour, les catalogues dont elle est l'auteur, Manet, Gauguin et Seurat, sont considérés comme des ouvrages incontournables auxquels nous nous sommes tous référés. Le musée d'Orsay s'apprêtait justement à lui rendre hommage à l'occasion d'un événement exceptionnel : l'exposition Manet, inventeur du Moderne qui doit ouvrir ses portes dans moins de deux mois.

Guy Cogeval, président de l'Etablissement public des musées d'Orsay et de l'Orangerie

Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
TwitterInstagramGoogle+YouTubeDailymotion