Henri Blondel
La Belle Jardinière, nouveau magasin

Maison de la Belle Jardinière, nouveau magasin, élévation de la façade sur la rue Tire-Chape
Henri Blondel (1821-1897)
Maison de la Belle Jardinière, nouveau magasin, élévation de la façade sur la rue Tire-Chape
Vers 1866
Tirage
H. 74,5 ; L. 107 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski


Maison de la Belle Jardinière, nouveau magasin, vue perspective depuis le Pont-Neuf

Maison de la Belle Jardinière, nouveau magasin, élévation de la façade sur la rue Tire-Chape


Fondé en 1824 sur l'île de la Cité, La Belle Jardinière est le premier grand magasin parisien regroupant en un même lieu les espaces de vente, les ateliers de confection et les logements de ses employés. Cette organisation permettait à l'enseigne de proposer des vêtements de "prêt-à-porter" à une clientèle aux revenus modestes. En 1864, La Belle Jardière est frappée d'expropriation et doit quitter l'île de la Cité pour laisser la place à la construction du nouvel hôpital de l'Hôtel-Dieu. Le magasin s'installe alors à proximité du pont Neuf, sur le quai de la Mégisserie.

Pour le nouveau bâtiment, la famille s'adresse à Henri Blondel, architecte prolifique des quartiers de l'Opéra et du boulevard Saint-Germain notamment. La construction de la Belle Jardinière démarre le 29 mai 1866 et se termine en décembre 1867, après qu'une inauguration partielle ait eu lieu en d'avril.
Dès 1876, des travaux d'agrandissement s'avèrent indispensables. Ils se dérouleront en 1878. Cette élévation de la façade peut ainsi être datée d'avant 1878, car le nombre de travées est inférieur à celui observé sur une lithographie montrant l'état définitif et actuel de l'immeuble. Il s'agit donc certainement d'un dessin préparatoire de Blondel ou de son atelier, réalisé entre 1864 et 1866.
L'idée générale est de créer un vaisseau central éclairé par une verrière autour de laquelle se déploient les galeries des étages. Après 1878, l'intérieur sera constitué de deux vaisseaux centraux mitoyens et la façade sensiblement modifiée.
L'enseigne de la Belle Jardinière a disparu dans les années 1970, mais le bâtiment, quant à lui, existe toujours et n'a pas perdu sa vocation commerciale. Il accueille aujourd'hui plusieurs magasins de grande distribution.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter