Louis Bernier
La paroi noire, Pompéi

Restitution du décor de la maison dite de Saturninus ou de la paroi noire à Pompéi
Louis Bernier (1845-1919)
Restitution du décor de la maison dite de Saturninus ou de la paroi noire à Pompéi
Vers 1878
Crayon, plume et encre, lavis d'encre, gouache et aquarelle
H. 70 ; L. 50 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Restitution du décor de la maison dite de Saturninus ou de la paroi noire à Pompéi


Grand prix de Rome en 1872, Louis Bernier s'intéresse comme ses prédécesseurs aux découvertes de Pompéi. En 1833, une campagne de fouilles avait mis à jour la maison des bronzes, ainsi nommée en raison des nombreux objets en bronze trouvés in situ. La bâtisse était constituée de pièces décorées de peintures murales dont les datations s'étalent de 120 av. J.-C jusqu'à l'éruption du Vésuve en 79 ap. J.-C. D'après une inscription trouvée sur l'un des murs, la villa avait appartenait à un marchand du nom de Saturninus.

Au moment de sa découverte, la longue pièce située à l'extrémité de la villa était ornée d'une peinture composée de trois registres comprenant des motifs architecturaux et ornementaux sur un fond noir, ce qui valut à la maison le surnom de "la paroi noire". Celle-ci séduit de nombreux artistes et architectes, comme Charles Garnier qui la reproduit durant l'été 1851 ou Edmond Guillaume qui en fait une étude en 1866.
Du décor à dominance abstraite, Bernier choisit de ne reproduire que la partie centrale. On y observe une architecture très légère, faite de fines colonnettes superposées dessinant une forme concave semi-ouverte à la manière d'une exèdre (salle de conversation, le plus souvent semi-circulaire).
Exposé au salon de 1878, ce dessin y côtoie une autre représentation de la "paroi noire" due à Ferdinand Dutert, l'un des camarades de Bernier à la villa Médicis.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter