Gabriel-Auguste Ancelet
Portique du macellum, Pompéi

Restitution d'un décor du portique du macellum à Pompéi
Gabriel-Auguste Ancelet (1829-1895)
Restitution d'un décor du portique du macellum à Pompéi
1853
Crayon, plume et encre, lavis d'encre, aquarelle et gouache
H. 47,7 ; L. 28,4 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Restitution d'un décor du portique du macellum à Pompéi


Pompéi fut fouillé dès le milieu du XVIIIe siècle mais les découvertes perdurent tout au long du XIXe siècle. Les peintures mises à jour dans les demeures de la cité antique influencent grandement le goût des architectes en renouvelant leur conception de la décoration tant extérieure qu'intérieure des édifices.
Grand Prix de Rome en 1851, Gabriel Ancelet, alors étudiant à la villa Médicis, s'intéresse lui aussi aux décors peints. Il reproduit ici celui du portique du macellum - lieu où se tenait le marché à l'époque romaine - découvert en 1822 et appelé alors "Panthéon". Ce vestige est représentatif du IVe style de la peinture pompéienne (Ier siècle av. J.-C. - Ier siècle ap. J.-C) qui attire tout particulièrement les architectes du fait de l'illusion donnée par la perspective, du travail de trompe-l'oeil et de la finesse des détails architecturaux. Charles Garnier en fit du reste également un relevé la même année.

Cette planche d'Ancelet constitue sans doute une partie des travaux que doivent effectuer les élèves de troisième année, auxquels l'Académie demande de restituer un état fidèle du modèle. On voit que l'artiste s'applique ici à rendre l'éclat des couleurs de cet étonnant décor illusionniste.
Ancelet se fera remarquer aussi par son monumental "Envoi" de la via Appia à Rome (1856). Il sera en 1873 chargé de l'enseignement du dessin d'ornement à l'Ecole des beaux-arts, témoignage de son intérêt pour l'art décoratif.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter