Sir Joseph Paxton
Projet pour l'Exposition universelle de 1867

Projet pour le palais du Champs de Mars de l'exposition universelle de 1867
Joseph Paxton
Projet pour le palais du Champs de Mars de l'exposition universelle de 1867
Crayon, encre et aquarelle
H. 53,5 ; L. 112 cm
© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt


Projet pour le palais du Champs de Mars de l'Exposition universelle de 1867 à Paris, plan

Projet pour le palais du Champs de Mars de l'Exposition universelle de 1867 à Paris, élévation


Sir Joseph Paxton avait acquis une renommée mondiale grâce à une réalisation mythique, le Crystal Palace imaginé pour la première Exposition universelle qui se tint à Londres, en 1851. Ce premier grand bâtiment issu des techniques de l'industrie reste pour toujours dans les mémoires comme un monument symbolique et novateur par sa transparence et sa légèreté, faisant de Paxton l'architecte le plus célèbre dans l'histoire de la construction métallique avec Gustave Eiffel.

Après la première Exposition universelle parisienne, en 1855, où le palais de l'Industrie déçoit, la France sollicite en 1860 sir Joseph Paxton et Owen Jones, qui avait aménagé l'intérieur du Crystal Palace, afin d'élaborer un projet pour un palais d'exposition permanente des produits de l'industrie française. Ce vaste édifice aurait dû s'élever dans le parc de Saint-Cloud, mais la construction du musée de Sèvres met fin à l'aventure en 1863.

C'est sans doute à la suite de ce projet avorté que le gouvernement français demande à Paxton d'étudier la construction d'un palais de cristal sur le Champ de Mars pour l'Exposition universelle de 1867. Il donne ici une version qui évoque le fameux bâtiment de Londres, mais doté de tourelles et de pavillons couverts dominant les toits. L'intérieur est un espace totalement ouvert, seules les colonnes de support en fer sont fixes. L'édifice peut être diminué ou augmenté sans aucune difficulté, s'adaptant à tout site et à tout type de présentation. La longueur totale est de 593 m, la largeur de 303 m.

Paxton meurt deux mois après avoir dessiné ce projet qui ne voit finalement jamais le jour. Il nous en reste cette feuille élaborée et finie, ce qui est très rare dans l'oeuvre de l'ingénieur, parfaite illustration de l'architecture de fer et de verre inventée par le XIXe siècle.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter