Victor Baltard
Eglise Saint-Augustin à Paris

Eglise Saint-Augustin à Paris, élévation de la façade principale
Victor Baltard (1805-1874)
Eglise Saint-Augustin à Paris, élévation de la façade principale
entre 1860 et 1871
Plume et encre, rehauts d'aquarelle et d'or
H. 60,1 ; L. 42,2 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Eglise Saint-Augustin à Paris, élévation de la façade principale


Victor Baltard, l'un des architectes favoris du baron Haussmann, préfet de la Seine qui conduit les grands travaux de modernisation de Paris, s'illustre dans la construction des halles, "vastes parapluies" de fer. Il reçoit commande, en 1860, d'une église dont la forme est dictée par un terrain triangulaire et le désir d'Haussmann de voir une coupole couronner l'aboutissement du nouveau boulevard Malesherbes.

C'est un édifice à la façade étroite, dont la nef va s'élargissant à mesure qu'elle avance vers le chœur. Toute l'enveloppe du bâtiment est en pierre, tandis que l'armature est entièrement métallique, synthèse entre le fer et la persistance de formes traditionnelles, inspirée en partie par la cathédrale Sainte-Marie des Fleurs de Florence. La façade se compose d'un portail à trois arcades dont les piliers sont surmontés des symboles des quatre évangélistes, d'une galerie sculptée des figures du Christ et des douze apôtres, d'une grande rosace encadrée par un grand fronton, et enfin d'un dôme à coupole culminant à soixante mètres de hauteur. Les trois portes de la façade sont réalisées par Christofle ; l'ensemble mêle éléments roman et Renaissance. La richesse ornementale de la façade, composée de quarante-cinq figures en pierre, douze en bronze, trois sujets peints sur lave, est soulignée par les critiques contemporains.

L'architecte Louis-Auguste Boileau avait utilisé à Saint-Eugène (Paris) en 1853, pour la première fois dans une église, le fer et la fonte, usant des formes gothiques avec imagination, arrivant à donner une impression d'amplitude en multipliant les perspectives. Saint-Augustin n'a peut-être pas bénéficié de la même inventivité, mais l'intérieur est impressionnant. Mais le monument a le mérite de se détacher des immeubles standardisés qui l'entourent et d'offrir une véritable réussite de scénographie urbaine




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter