Keller Frères
Broc à vin ou à eau

Broc à vin ou à eau
Keller Frères
Broc à vin ou à eau
Vers 1900
Argent martelé, traces de vermeil, anse rapportée
H. 31,7 ; L. 18 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot

Broc à vin ou à eau


En pleine floraison de l'Art Nouveau, la production de luxe fait encore une large place à l'ornement allégorique ou naturaliste. Ainsi, à l'Exposition universelle de 1900, les orfèvres rivalisent d'habileté pour traduire cette riche symbolique en argent repoussé, fondu ou ciselé. Plusieurs créations de Keller Frères surprennent pourtant par leur hardiesse de forme et leur dépouillement, notamment une petite série de brocs à vin et à eau en argent blanc ou doré, fabriqués au marteau. Certains présentent une forme robuste et anguleuse, d'autres, tel que ce modèle, se distinguent par la singulière fluidité de leur dessin. Ces objets suscitent l'enthousiasme de Roger Marx qui applaudit à ces efforts "d'inaugurer une orfèvrerie sans relief, ni ciselure, une orfèvrerie unie, ne valant que par la seule qualité des lignes, des galbes, des profils".

Inventions sans équivalent dans toute l'orfèvrerie parisienne contemporaine, étonnantes par leur audacieuse simplicité, ces objets que l'on croirait volontiers des prototypes de design industriel, sont apparemment restés des pièces uniques, des essais à un stade de fabrication encore purement artisanale.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter