Gustave Courbet
Alphonse Promayet

Alphonse Promayet
Gustave Courbet (1819-1877)
Alphonse Promayet
Vers 1847
Fusain sur papier beige
H. 32 ; L. 24,4 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Michèle Bellot

Alphonse Promayet


Alphonse Promayet (1822-1872), était un ami d'enfance de Courbet. Violoniste, il suivit le peintre à Paris où il enseigna la musique et s'efforça le gagner sa vie en jouant dans plusieurs orchestres mineurs. Toujours à court d'argent, il logeait, fréquemment dans l'atelier de Courbet, dormant dans un hamac derrière un paravent. Il posa pour plusieurs tableaux de son camarade, et apparaît notamment dans deux de ses oeuvres majeures, conservées au musée d'Orsay, Un enterrement à Ornans et L'atelier du peintre. En 1858, il partit s'installer à Saint-Pétersbourg, où il gagna sa vie comme maître de musique pour une branche de la famille des Romanov. En mauvaise santé, il revint en France, et Alfred Bruyas, le mécène de Courbet, s'occupa de lui à Montpellier. C'est dans cette ville que Promayet mourut en 1872. Courbet exprima plus tard sa gratitude à Bruyas pour avoir pris soin de son "brave ami".
Dans ce dessin de 1847, l’intensité du regard de Promayet rappelle la filiation romantique de Courbet, très présente dans ses oeuvres des années 1840. Un portrait de Promayet figure également dans une série de bustes au fusain de la même époque que Courbet fit de ses amis, ainsi que son autoportrait. Un petit dessin au fusain de 1848, aujourd'hui disparu, complétait, cette série en montrant des clients massés au-dessus de leurs bières à une table de la brasserie Andler, l'un des lieux de prédilection du cercle de Courbet. Le portrait dessiné de Promayet illustre donc la façon dont, à la veille de la révolution de 1848, Courbet saisit sur le vif le milieu de la bohème dans lequel il évolue.

Dossier Courbet




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter