Paul Signac
Erik Satie

Erik Satie
Paul Signac (1863-1935)
Erik Satie
Vers 1890
Crayon Conté sur papier
H. 31 ; L. 24 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Michèle Bellot

Erik Satie


Cette feuille, restée dans la famille de l'artiste jusqu'à son entrée dans les collections du musée d'Orsay en 1996, est liée à un bel ensemble de portraits dessinés autour de 1890 par les jeunes peintres "néo" : portraits de Signac par Seurat, portrait de Seurat par Luce, Luce lisant La Révolte par Signac... Il s'agissait ainsi essentiellement de portraits d'amis, de compagnons de lutte artistique.
Les liens entre Signac et Satie sont peu connus, et cette brève amitié a dû se limiter à la période de jeunesse des deux artistes. Ils ont eu l'occasion de se rencontrer à Montmartre, au célèbre cabaret du Chat noir où Satie est engagé comme chef d'orchestre au milieu des années 1880. A cette époque, Signac se montre, lui, un habitué de l'établissement. Un anticonformisme artistique a vraisemblablement rapproché le jeune adepte du néo-impressionnisme et le brillant compositeur des Gymnopédies. Mais, par la suite, l'engagement rosicrucien d'"Esoterik Satie", son anti-wagnérisme et plus encore son anti-impressionnisme ont dû l'éloigner du jeune peintre, lui qui devait baptiser avec enthousiasme son premier bateau Manet-Zola-Wagner !




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter