Paul Cézanne
Le four à plâtre

Le four à plâtre
Paul Cézanne (1839-1906)
Le four à plâtre
Vers 1890-1894
Aquarelle et mine de plomb sur papier blanc
H. 42 ; L. 52,9 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean-Gilles Berizzi

Le four à plâtre


En dessinant et peignant à l'aquarelle des maisons isolées au milieu des arbres dans la campagne d'Aix, Cézanne fait contraster sous son pinceau les formes raides et géométriques des constructions humaines et celles, plus douces, rondes et imprévisibles de la nature.
Le four à plâtre représente une grande bâtisse peinte en ocre jaune, aujourd'hui détruite. L'artiste, comme toujours, choisit précisément un emplacement qui lui permet d'élaborer une composition savante. La haute cheminée cylindrique coupe l'espace légèrement à droite du centre et rejoint la pointe de la montagne Sainte-Victoire, l'un des motifs favoris de Cézanne. Le dessin irrégulier des pentes du massif, surmonte les triangles analogues mais secs des deux toits.

En 1905 est organisée pour la première fois à Paris, du vivant de Cézanne, une exposition de ses aquarelles. Le catalogue de l'époque n'étant guère explicite, il est difficile de savoir si cette oeuvre en fait partie. Le commentaire écrit à cette occasion par le peintre Maurice Denis, grand admirateur de Cézanne, pourrait toutefois parfaitement convenir au Four à plâtre : "Le ton définitif de ces esquisses aussi composées, aussi construites que ces tableaux était déjà monté, puissant et d'une résonance admirable. [...] Des paysages de la même série montraient, sur des arbres ou des fabriques très dessinées, le jeu de lumières blanches, exaltées par des ombres en violet et jaune foncé, nuancées, chatoyantes".




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter