George Le Brun
Le vestibule

Le vestibule
George Le Brun (1873-1914)
Le vestibule
Vers 1909
Fusain rehaussé de pastel sur papier
H. 62 ; L 48 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot

Le vestibule


Dans la première partie de sa carrière, Georges Le Brun s'attacha à traduire avec sobriété les intérieurs paysans, s'inspirant des primitifs italiens et flamands pour l'ordonnance et la valeur symbolique des objets. Puis, dès son installation, en 1904, dans le bourg ardennais de Theux, il représente à de nombreuses reprises la nouvelle demeure qu'il habite avec son épouse. Ici, il utilise la perspective d'un couloir pour livrer une composition à la géométrie rigoureuse, mise en valeur par les carreaux du sol ou les croisillons de la porte du fond.

Profondément marqué par le symbolisme, Le Brun demeure ouvert à toute forme d'avant-garde et suit les mutations du néo-impressionnisme. Cet intérêt se perçoit dans les discrets jeux de lumière de ce fusain et surtout dans la représentation synthétique de la silhouette d'une lectrice qui rappelle les personnages de Seurat. Le vestibule témoigne également de la veine intimiste qui traverse l'art occidental autour de 1900.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter