Edgar Degas
Portrait d'Edouard Manet

Portrait d'Edouard Manet
Edgar Degas (1834-1917)
Portrait d'Edouard Manet
Vers 1866-1868
Mine de plomb
H. 40 ; L. 25,5 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Michèle Bellot

Portrait d'Edouard Manet


Après le scandale provoqué par le Déjeuner sur l'herbe au Salon des Refusés de 1863, Manet s'impose progressivement comme le chef de file de ce que le critique Duranty qualifie en 1876 de "Nouvelle peinture". Il joue sans doute un rôle d'initiateur pour son ami Degas, alors pratiquement inconnu, et qu'il a poussé à se détourner de la peinture d'histoire pour se livrer à la représentation de la vie moderne.

Ce dessin est l'un des plus célèbres de l'art français, témoignage mythique d'une amitié décisive dans le développement de ce qu'il est convenu d'appeler l'impressionnisme. Aux yeux des observateurs de l'époque, ce portrait est le plus fidèle de Manet. C'est aussi un chef d'œuvre par la souplesse du trait et la hardiesse de la mise en page.

Degas assied son modèle de guingois, méditatif et las, sur une chaise d'atelier et jette au premier plan, dans le coin en bas à gauche, le haut-de-forme, emblème arrogant de la modernité et symbole de l'homme du monde plus que de l'artiste. Manet ne prend pas la pose, mais semble se laisser saisir à l'improviste. Il est au repos, une pose que Degas affectionne et utilisera par la suite pour les danseuses.

Les portraits peints par Degas constituent une véritable "mise à nu" psychologique, disant l'état de chacun. "Trouver une composition qui peigne notre temps", notait-il déjà en 1859 alors qu'il s'interrogeait sur l'art du portrait.

Dossier Manet




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter