Edgar Degas
Rochers à Bagnoles-de-l'Orne

Rochers sous-bois à Bagnoles-de-l'orne
Edgar Degas (1834-1917)
Rochers sous-bois à Bagnoles-de-l'orne
Vers 1867
Aquarelle
H. 22 ; L. 19 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Thierry Le Mage

Rochers sous-bois à Bagnoles-de-l'Orne


En 1860, Degas se rend pour la première fois au Ménil-Hubert en Normandie chez son ami Paul Valpinçon. C'est là qu'il peint ses premières scènes de courses et multiplie, dans un carnet, les dessins montrant le proche haras du Pin ou les environs bosselés du village d'Exmes. A partir du Ménil-Hubert, les excursions sont faciles soit vers la plaine d'Argentan, soit vers Bagnoles-de-l'orne et la Suisse normande. Il exécute vraisemblablement cette étude de rochers vers 1867 alors qu'il travaille à l'une de ses toiles les plus célèbres, Mlle Eugénie Fiocre dans le ballet de "La source" (New York, The Brooklyn Museum). Il est très probable, en effet, que Degas se soit servi de ses études de rochers pour peindre le fond de son tableau.
Lorsque l'on sait la rareté de la production de Degas paysagiste, le petit nombre d'aquarelles qu'il fit, on mesure mieux l'importance de ce qui pourrait n'apparaître que comme une pochade. La hardiesse du cadrage - ces rochers massifs bloquant complètement la feuille -, l'usage subtil de l'aquarelle - traduisant aussi bien la compacité de la pierre que les effets changeants de la végétation qui la couvre partiellement - n'ont pas d'équivalent direct dans son oeuvre. Ces caractéristiques évoquent plutôt les monotypes presque abstraits des années 1890 que les rares, et souvent plus ordinaires, paysages des années 1860.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter