Claude Monet
Argenteuil

Argenteuil
Claude Monet (1840-1926)
Argenteuil
1872
Huile sur toile
H. 50 ; L. 65 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Argenteuil


Pendant la guerre franco-prussienne de 1870 puis la Commune, Monet vit à Londres avec son épouse et leur fils. Il y visite de nombreux musées et s'intéresse particulièrement à la technique des peintres britanniques Constable et Turner, à leur traitement singulier de la lumière qui peut occulter le contour des formes. Cette influence est perceptible dans les paysages peints par Monet dans les environs d'Argenteuil, où il s'installe en décembre 1871.

Pour ce tableau, il est fort probable que Monet se soit installé dans son bateau aménagé en atelier. Son point de vue englobe Argenteuil à gauche, jusqu'aux collines d'Orgemont à droite. Evitant les tons vifs, il utilise une palette extrêmement nuancée pour traiter ce moment de quiétude et d'équilibre. Les couleurs du village et des collines à l'arrière-plan semblent se diluer dans une brume légère, tandis que l'eau reprend les variations chromatiques du ciel. Seul le bord gauche du tableau se singularise : la végétation de l'île Marante se projette dans l'espace de la toile en touches vertes, allant du clair au sombre.
Attentif aux apparitions fugaces des ombres et des reflets, l'artiste en fait des axes importants de sa composition. Ainsi les mâts du bateau de droite sont prolongés par leur propre miroitement dans l'eau. Ces lignes s'étendent alors sur presque toute la hauteur de la toile et répondent aux verticales du bord gauche.

Si le marchand de tableaux Paul Durand-Ruel parvient à trouver quelques amateurs pour de telles vues, la réaction se fait violente lorsque Monet essaie de les soumettre au jugement d'un public plus large. L'impressionnisme naissant du début des années 1870 ne rencontre encore souvent qu'incompréhension.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter