Edgar Degas
Répétition d'un ballet

Répétition d'un ballet sur la scène
Edgar Degas (1834-1917)
Répétition d'un ballet sur la scène
1874
Huile sur toile
H. 65 ; L. 81 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Répétition d'un ballet sur la scène


Degas observe la scène en léger surplomb, de côté, le regard se focalisant sur l'espace délimité par la rampe. A la légèreté des ballerines dansant s'opposent les gestes relâchés de celles qui attendent, à gauche.
La mince couche de peinture, devenue encore plus transparente avec le temps, laisse voir à l'oeil nu les repentirs du peintre. Les jambes de certaines danseuses au repos ont été retouchées. Au milieu de jeunes femmes se tenait un maître de ballet vu de dos. Enfin, près de l'homme assis, un autre personnage était affalé sur une chaise.

Cette peinture en grisaille est immédiatement remarquée lors la première exposition impressionniste en 1874. Le peintre Giuseppe De Nittis écrit ainsi à l'un de ses amis : "je me rappelle un dessin qui devait être une répétition de danse [...] et je vous assure qu'il est extrêmement beau : les robes de mousseline sont si diaphanes et les mouvements si véridiques qu'il faut le voir pour s'en faire une idée ; le décrire est impossible". Comme De Nittis, beaucoup de critiques voient dans cette oeuvre un dessin plutôt qu'une peinture. Il faut dire que Degas saisit les nuances les plus délicates en jouant sur les dégradés. Il invente ce ton neutre, laiteux, tandis que l'éclairage brutal fait émerger les tutus blancs lumineux qui rythment la composition.

De toutes les scènes de danse réalisées par Degas, la monochromie de cette toile diffère radicalement des véritables "orgies de couleurs" éclaboussant les oeuvres plus tardives. Elle s'explique sans doute par le fait que Répétition d'un ballet devait servir de modèle à un graveur.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter