Max Liebermann
Brasserie de campagne

Brasserie de campagne à Brannenburg
Max Liebermann (1847-1935)
Brasserie de campagne à Brannenburg
1893
Huile sur toile
H. 70 ; L. 100 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Brasserie de campagne à Brannenburg


Lors de son voyage vers l'Italie, au printemps 1893, Liebermann s'arrête en Bavière, tout près de Brannenburg. Il y trouve dans les tables d'une brasserie disposées à l'ombre de grands arbres le sujet de plusieurs tableaux. Cette même année, le jeune peintre Erich Hancke, fait la connaissance de Liebermann et découvre la Brasserie de campagne à Brannenburg encore inachevée et les oeuvres préparatoires au tableau. Il s'agit notamment d'une esquisse à la craie noire. Ayant décidé de peindre ce motif, Liebermann l'a "de nouveau dessiné, en plus grand format et d'une exécution très poussée [...]. Ce dessin, à son tour, fut transposé par quadrillage sur la toile". Surpris d'une méthode si peu spontanée, qui ne lui semblait pas correspondre aux apparences du tableau, Hancke l'est plus encore en entendant le peintre parler des petits personnages : "D'abord il faut que la forme y soit, disait-il, et ensuite il faut la supprimer".

En général, l'espace, rythmé de rangées d'arbres traversés par le soleil, est un sujet constant dans l'oeuvre de Liebermann. Cependant, à l'époque de ce tableau, ce motif ne constitue jamais un paysage pur, mais s'accompagne comme ici d'une scène grouillante de détails anecdotiques et de mouvements. Cette caractéristique situe alors Liebermann dans l'orbite d'un Menzel (1815-1905), de par son sens aigu de l'observation et sa capacité à reproduire des scènes de la vie quotidienne.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter