Jacques-Emile Blanche
Le peintre Thaulow et ses enfants

Le peintre Thaulow et ses enfants dit aussi La famille Thaulow
Jacques-Emile Blanche (1861-1942)
Le peintre Thaulow et ses enfants dit aussi La famille Thaulow
1895
Huile sur toile
H. 180 ; L. 200 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Le peintre Thaulow et ses enfants dit aussi La famille Thaulow


Sur un fond indistinct rapidement brossé, qui évoque une futaie telle qu'elle pourrait apparaître dans une "conversation piece" de la peinture anglaise du XVIIIe siècle, Jacques-Emile Blanche campe l'artiste Frits Thaulow (1847-1906), figure familière des milieux artistiques parisiens, peignant entouré de ses enfants. Témoignage d'amitié entre les deux hommes, la toile exprime également la fascination de Blanche pour cette famille joyeuse et généreuse au sein de laquelle règne une atmosphère bien éloignée des conventions bourgeoises.
L'oeuvre est pourtant entreprise dans des conditions difficiles, puisque l'esprit de Blanche est accaparé par l'état de santé de sa mère, très malade. Il faudra que Thaulow mette lui-même au carreau une petite esquisse préparatoire pour que son ami reprennent ses pinceaux et termine le tableau dans "une sorte d'emportement". C'est donc au moment où il va perdre sa mère que Blanche parvient à peindre l'une de ses plus belles toiles, représentant une famille pleine de vie, d'amour et de tendresse.

La composition se développe en une spirale, initiée au centre par la ligne des pinceaux, qui va s'élargissant. Elle inclut en premier lieu la palette, avant d'intégrer le visage du peintre, le regard tourné vers sa toile. S'y ajoutent ensuite la petite Ingrid (1891-1983) et Harald (1887-1967) - tous deux issus du second mariage de Thaulow avec Alexandra Lasson -, et enfin Else (1880-1960), née d'un premier mariage avec Ingeborg Gad, belle-soeur de Paul Gauguin.

Présenté au Salon de la Société Nationale des Beaux-Arts de 1896, ce tableau à la structure très rigoureuse, malgré l'aspect spontané du travail de la brosse, renouvelle brillamment la technique de Blanche. La toile est d'ailleurs louée par une critique unanine, ce qui fera plus tard dire à Blanche que cette oeuvre est celle qui l'a "consacré peintre".




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter