James Tissot
Faust et Marguerite

La rencontre de Faust et de Marguerite
James Tissot (1836-1902)
La rencontre de Faust et de Marguerite
1860
Huile sur bois
H. 78 ; L. 117 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

La rencontre de Faust et de Marguerite


Soucieux de régénérer la peinture d'histoire, Tissot cherche, au début des années 1860, de nouveaux sujets et un nouveau style. Il est alors fortement influencé par l'oeuvre du peintre et graveur belge Henri Leys (1815-1869). En 1855, ce dernier remportait lors de l'Exposition universelle de Paris une médaille d'honneur. La critique avait alors été enchantée par la qualité de ses reconstitutions des siècles passés, à travers l'architecture et les costumes, la vérité des attitudes et des physionomies, la rigueur du dessin et l'éclat des couleurs.
Ces qualités sont exactement celles que l'on retrouve cinq ans plus tard dans ce tableau de Tissot. De plus, comme Leys dans Promenade hors les murs (Belgique, coll. royales), un tableau exposé en 1855, le jeune peintre français choisit de puiser son sujet dans le Faust de Goethe, publié en 1808. En s'inspirant ainsi d'oeuvres littéraires, ces artistes renouvèlent les sujets de la peinture d'histoire.
Il réalise ici un pastiche éclectique de peintures des XVe et XVIe siècles. La facture lisse, le dessin minutieux rappelle la manière des primitifs allemands et flamands, de même que les détails du décor et de l'architecture.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter