Eugène Carrière
Intimité

Intimité, dit aussi La grande soeur. Intimité
Eugène Carrière (1849-1906)
Intimité, dit aussi La grande soeur. Intimité
Vers 1889
Huile sur toile
H. 130 ; L. 99 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Intimité


Eugène Carrière débuta à Paris au Salon de 1876. Il y présentera par la suite essentiellement des portraits jusque dans les années 1880. Avec Intimité dit aussi La grande soeur, présenté au Salon en 1889, la critique le consacre comme peintre de la vie domestique et des maternités. Pourtant, si le sujet représente une scène intime de la vie du peintre - son épouse et leurs deux filles, Elise et sans doute Nelly - Carrière va bien au-delà de ce sujet simple. Il explore une métaphore de la vie organique et de la Nature universelle, qui place son oeuvre dans un tout autre registre et le rapproche des recherches des artistes symbolistes. La couleur en camaïeu, qui deviendra plus tard grisaille, produit un effet de dématérialisation. Ce parti pris esthétique, basé sur le refus d'une couleur réaliste et mimétique, qui se heurtera toujours à l'incompréhension d'une grande partie de la critique.

Le réalisme intimiste de Carrière se réfère formellement à la peinture flamande et hollandaise, et l'interprétation sentimentale de la vie familiale le situe alors dans une certaine tradition de la peinture de genre.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter