Jules Breton
La bénédiction des blés

La bénédiction des blés en Artois
Jules Breton (1827-1906)
La bénédiction des blés en Artois
1857
Huile sur toile
H. 128 ; L. 318 cm
© RMN-Grand Palais / Gérard Blot / Christian Jean

La bénédiction des blés en Artois


Présenté au Salon de 1857, en même temps que Des glaneuses de Millet, ce vaste tableau vaut à Jules Breton une médaille de deuxième classe. Marque de consécration officielle pour un artiste encore jeune, l'oeuvre est même acquise par l'Etat pour le musée du Luxembourg. Il faut dire que cette représentation de la vie rustique est plaisante, comparée à la vision plus réaliste de Millet.

Nous assistons à une procession des Rogations, qui se déroule dans les trois jours précédant l'Ascension. Aux alentours de Courrières, le village natal de Breton, les jeunes filles en communiantes, le clergé, les notables locaux arpentent la campagne pour attirer sur les récoltes à venir la bénédiction du ciel. La scène met en lumière la place importante du christianisme dans la vie rurale.

L'artiste a multiplié les études précises des costumes ou des visages. Il privilégie une composition en frise, qui n'est pas sans rapport avec Un enterrement à Ornans de Courbet. Mais si ce dernier a audacieusement traité un sujet contemporain avec les figures grandeur nature de la peinture d'histoire, Breton peint les personnages en petit format et reste donc dans le registre de la scène de genre. C'est à ce côté anecdotique qu'il doit ses innombrables succès en France et aux Etats-Unis. Devenu membre de l'Académie des Beaux-arts en 1886, Breton fait alors figure d'artiste officiel de la vie paysanne.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter