Aristide Maillol
La femme à l'ombrelle

La femme à l'ombrelle
Aristide Maillol (1861-1944)
La femme à l'ombrelle
Vers 1895
Huile sur toile
H. 190 ; L. 149 cm
© ADAGP, Paris - RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

La femme à l'ombrelle


Elève de Gérôme et Cabanel à l'Ecole des Beaux-Arts, Maillol, avant de devenir un sculpteur réputé, débute par la peinture. Il admire et copie Puvis de Chavannes et sa découverte de Gauguin, à l'occasion de l'exposition du café Volpini en 1889, est également déterminante dans l'élaboration de son style.

Ce portrait grandeur nature se caractérise par une absence volontaire de profondeur. La jeune femme au profil strictement découpé par un dessin vigoureux et souple, se détache sur un fond de paysage de bord de mer. La pose savamment calculée lui confère une certaine rigidité malgré l'envolée artificielle des rubans de la robe. L'hétérogénéité entre la figure et le fond indique clairement que le portrait a été peint en atelier. Il a été ajouté sur un paysage simplifié, traité par une superposition de bandes colorées. Loin des sensations de plein air recherchées par les impressionnistes, Maillol peint une figure immobile, classique et décorative. Ce personnage vu de profil sur un fond sans relief évoque une tapisserie, un art où Maillol excelle également.

Les couleurs claires et contrastées participent au sentiment d'harmonie qui se dégage du tableau. Le caractère symbolique de cette grande figure immobile au bord de la mer est toutefois atténué par la description minutieuse du visage ainsi que le souci de certains détails du vêtement comme les gants, l'ombrelle et le chapeau. Entre l'allégorie et le portrait fidèle, La Femme à l'ombrelle est considérée comme le chef-d'oeuvre de la carrière de peintre de Maillol.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter