Pierre Puvis de Chavannes
La jeune mère dit aussi La Charité

La jeune mère dit aussi La Charité
Pierre Puvis de Chavannes (1824-1898)
La jeune mère dit aussi La Charité
vers 1887
Huile sur toile
H. 56 ; L. 47 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

La jeune mère dit aussi La Charité


Ce tableau figurait au catalogue de la première exposition monographique des œuvres du peintre qui s'ouvrit en 1887 dans les locaux de la galerie Durand-Ruel sous le titre La jeune mère. On le retrouve ensuite dans la collection Charles Pacquement, puis dans la collection Gould. Durant ce court périple, il change de titre et s'intitule La Charité. Il s'agit d'une scène automnale, où la nature se révèle en tons brun doré, qui réunit au premier plan à droite une jeune mère, ses enfants et un chien ; deux arbres sont au centre de la composition et un fleuve au cours tranquille les sépare d'une plaine - plantée de quelques jeunes baliveaux et de deux bâtisses d'inspiration italienne - qui s'élève jusqu'à l'horizon. Un subtil équilibre s'instaure entre tons chauds et froids, qui s'échelonnent selon quatre bandes horizontales superposées du premier plan à l'infini, de part et d'autre du motif central traité dans une gamme de bruns sombres relevés de touches jaune orangé. Par un procédé de réutilisation et transposition partielle de motifs fréquent chez Puvis de Chavannes, cette scène intimiste s'inspire d'un détail situé au premier plan et au centre de la grande toile du Salon de 1873 : L'Été (Paris, musée d'Orsay), y ajoutant cependant l'image du chien et du couffin, recréant ainsi un microcosme en hommage à l'image maternelle au sein d'une nature sereine.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter