Paul Huet
Le gouffre, paysage

Le gouffre, paysage
Paul Huet (1803-1869)
Le gouffre, paysage
1861
Huile sur toile
H. 125 ; L. 212 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Le gouffre, paysage


Paul Huet qui s'est souvent attaché à décrire les aspects terrifiants de la nature, dans des vues de vagues gigantesques ou de ciels d'orages infernaux, montre ici une terre qui s'entrouvre comme dans quelque paysage diluvien. Les éléments se déchaînent, les vents soufflent, les chevaux se cabrent, pris de frayeur, tandis que le cavalier, également terrifié, vêtu d'un costume d'un autre temps, sonde les profondeurs du gouffre mystérieux.

Le gouffre, paysage, comme toutes les toiles de Paul Huet, est le fruit d'une conception longuement mûrie après une vive impression ressentie devant le spectacle de la nature, ici les rochers et les arbres de la forêt de Fontainebleau. Nous sommes pourtant bien loin des paysages de l'Ecole de Barbizon et de ses fidèles transcriptions. Ce tableau est un superbe exemple de la veine romantique qui pourtant, en 1861, est déjà dépassée. On y vit l'allégorie d'un peintre vieillissant, malade, tourmenté et désormais incompris.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter