Jean-François Millet
Madame Lecourtois

Madame Eugène Félix Lecourtois
Jean-François Millet (1814-1875)
Madame Eugène Félix Lecourtois
Non daté
Huile sur toile
H. 73,5 ; L. 59 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Madame Eugène Félix Lecourtois


Millet soucieux de se parfaire dans l'art du portrait, et de pouvoir par ce biais mieux gagner sa vie, choisit pour premiers modèles les membres de sa famille. Il avait épousé en novembre 1841 Pauline Ono, fille d'un tailleur de Cherbourg. Il en fit plusieurs beaux portraits restés longtemps dans la famille avant que celle-ci ne les lègue au musée de Cherbourg. De Pauline, morte à Paris le 21 avril 1844, le musée d'Orsay ne possède donc aucun portrait, mais le musée du Louvre acheta en 1907 le portrait de madame Lecourtois, la soeur de Pauline.
Celle-ci paraît un peu gauche sur ce tableau, comme intimidée. Elle est vêtue de beaux vêtements. Le geste de son bras droit évoque les portraits les plus classiques de l'art français, mais elle est dénuée de toute élégance mondaine. Millet fut-il attiré par la simplicité, la douceur de cette toute jeune femme, qui donnent tout son caractère au tableau ?
Certains critiques ont voulu voir dans ses portraits de la modeste bourgeoisie de province un peu étriquée le premier signe de l'attrait que Millet éprouva toute sa vie pour les hommes les plus modestes, les plus humbles.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter