Eugène Boudin
Port de Camaret

Port de Camaret
Eugène Boudin (1824-1898)
Port de Camaret
1872
Huile sur toile
H. 55,5 ; L.89,5 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean-Gilles Berizzi

Port de Camaret


Boudin vient peindre à Camaret, en Bretagne, chaque année de 1870 à 1873 et y fait ensuite quelques séjours épisodiques. Il s'attache à rendre la lumière du port, son atmosphère nuageuse et mobile, fluide et changeante. Ici, la clarté des maison violemment éclairées s'oppose à l'aspect sombre de la mer et des voiliers.

Fidèle au surnom de "roi des ciels" que lui a décerné Corot, Boudin réserve la plus grande place au ciel et aux nuages. L'artiste a d'ailleurs l'habitude d'étudier longuement ces éléments au pastel et il en parle dans ses carnets : "Nager dans le ciel ; arriver aux "tendresses" du nuage. Suspendre ces masses au fond, bien lointaines dans la brume grise...".

Une eau à peine ridée par la brise marine réfléchit la mouvance du ciel. Les reflets fugaces et flottants sont suggérés à l'aide d'une touche légère en une harmonie nuancée de tons gris, bleus et verts. Finalement, seule la présence des pêcheurs, dont les silhouettes se détachent en contre-jour, apportent un contrepoint à l'immensité des cieux.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter