Jean-Léon Gérôme
Baronne Nathaniel de Rotschild

Portrait de la baronne Nathaniel de Rotschild
Jean-Léon Gérôme (1824-1904)
Portrait de la baronne Nathaniel de Rotschild
1866
Huile sur bois
H. 49,6 ; L. 35,8 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Portrait de la baronne Nathaniel de Rotschild


Elevée parmi les artistes reçus chez ses parents, la baronne Charlotte de Rotschild (1825-1899), qui épousera son cousin Nathaniel (1812-1870) en 1842, fut favorablement accueillie dans le monde des musiciens et des peintres. En 1835, Frédéric Chopin, son professeur de piano, lui dédie une des deux valses de son opus 69. Plus intéressée par les arts plastiques que par la musique, elle se fait aquarelliste et participe régulièrement au Salon, puis aux expositions de la Société des Aquarellistes. Elle est aussi connue pour avoir été une collectionneuse aux goûts variés ; l'éclectique et luxueux décor qui sert ici d'écrin à la baronne en témoigne.

Ce portrait peint par Gérôme en 1866, rend hommage à celui de la mère du modèle, Betty (1805-1886), que réalisa Ingres en 1848 (collection privée). L'artiste recourt à une technique identique à celle de son aîné, lisse et précise, avec de somptueux effets comme dans les reflets moirés de la robe. Gérôme reprend également la position de la main qui soutient le menton.

Les portraits féminins de Gérôme sont rares. C'est d'ailleurs le premier à rejoindre les collections du musée d'Orsay, et le troisième à être inscrit sur les inventaires des collections nationales françaises. Il témoigne tout à la fois de la société parisienne du milieu du XIXe siècle et d'une des ses plus illustres figures, la baronne Nathaniel de Rotschild.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter