Vincent van Gogh
Le restaurant de la Sirène

Le restaurant de la Sirène à Asnières
Vincent van Gogh (1853-1890)
Le restaurant de la Sirène à Asnières
1887
Huile sur toile
H. 54,5 ; L. 65,5 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot

Le restaurant de la Sirène à Asnières


Lors de son séjour parisien, entre mars 1886 et février 1888, Van Gogh habite avec son frère Théo dans la partie nord de la ville : rue de Laval d'abord, puis rue Lepic à partir de juin 1886. A la différence de certains impressionnistes qui, l'été, peuvent payer le prix même modique d'un voyage à la campagne, Vincent, par goût comme par nécessité, recherche plutôt des lieux proches de l'endroit où il habite. C'est justement le cas d'Asnières, ville située en bord de Seine, non loin des fortifications de Paris. Il y peint et dessine plusieurs vues de ponts ou, comme ici, du restaurant de la Sirène.

Style et sujet ont eu des précédents impressionnistes, pourtant le tableau s'en éloigne quelque peu. Il reflète plus l'apparence extérieure des bâtiments que les réjouissances conviviales dont ils étaient le cadre. Les impressionnistes, Renoir surtout, ont souvent représenté des restaurants, mais en privilégiant l'ambiance intérieure.
Dans Le restaurant de la Sirène, Van Gogh multiplie les touches de blanc tout en utilisant pleinement la richesse de sa palette. Le peintre Emile Bernard faisait d'ailleurs sans doute allusion à une représentation du restaurant de la Sirène quand il rapporte à Vollard que la production parisienne de Van Gogh comprend des "restaurants pimpants aux stores multicolores, aux lauriers roses". Si cette toile compte parmi les peintures de Van Gogh les plus proches de l'impressionnisme, il y multiplie les hachures parallèles, laissant ainsi pressentir un style plus personnel qui atteindra bientôt sa plénitude.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter