Henri Fantin-Latour
Un atelier aux Batignolles

Un atelier aux Batignolles
Henri Fantin-Latour (1836-1904)
Un atelier aux Batignolles
1870
Huile sur toile
H. 204 ; L. 273,5 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Un atelier aux Batignolles


Les Batignolles étaient le quartier où vivaient Manet et un certain nombre des futurs impressionnistes. Fantin-Latour, témoin discret de cette époque, rassemble autour de Manet, consacré chef d'école, de jeunes artistes aux idées novatrices. De gauche à droite, on peut reconnaître Otto Schölderer, peintre allemand venu en France rencontrer les disciples de Courbet ; Manet, le visage aigu, assis devant son chevalet ; Auguste Renoir, coiffé d'un chapeau ; Zacharie Astruc, sculpteur et journaliste ; Emile Zola, porte-parole du renouveau de la peinture ; Edmond Maître, fonctionnaire à l'Hôtel de Ville ; Frédéric Bazille, qui sera fauché quelques mois plus tard, à l'âge de vingt-six ans, pendant la guerre de 1870 ; enfin, Claude Monet.

Les attitudes sont sobres, les costumes sévères, les visages presque graves. Fantin-Latour souhaite que ces jeunes artistes, alors très décriés, soient perçus comme des personnalités sérieuses et respectables. L'atmosphère générale de l'atelier est également empreinte de sobriété : peu de détails, peu d'éléments de décor. Seuls deux accessoires rappellent au spectateur certains choix esthétiques de la nouvelle école : la statuette de Minerve témoigne du respect dû à la tradition antique, le pot en grès japonisant évoque l'admiration de toute cette génération d'artistes pour l'art japonais.

Dans ce portrait de groupe exposé au Salon de 1870, chacun semble poser pour la postérité. Cette oeuvre affirme les liens qu'entretient Fantin-Latour avec l'avant-garde de l'époque et Manet en particulier. Elle est un écho à l’opinion de Zola sur Manet : "Autour du peintre vilipendé par le public s’est créé un front commun de peintres et d’écrivains le revendiquant comme un maître". Edmond de Goncourt, lui, raille dans son journal celui qu’il nomme "le distributeur de gloire aux génies de brasserie".




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter