Henri Fantin-Latour
La liseuse

La liseuse
Henri Fantin-Latour (1836-1904)
La liseuse
1861
Huile sur toile
H. 100 ; L. 83 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

La liseuse


Cette jeune femme plongée dans la lecture est une des soeurs du peintre. A ses débuts, Fantin-Latour a coutume de puiser ses modèles dans son entourage familial. Il multiplie également à cette époque les autoportraits.

La Liseuse est la premier tableau sur un thème que Fantin affectionne tout particulièrement. Le sujet, emprunté à l'art hollandais et à Chardin, lui permet en effet de dépeindre un personnage absorbé par une activité qui le laisse indifférent au travail de l'artiste et au regard du spectateur. Fantin-Latour insiste ainsi sur le recueillement de la scène comme lorsqu'il peint des jeunes femmes cousant ou tissant. L'immobilité du modèle, la nature morte formée des deux livres au premier plan, les tonalités sourdes, à peine réchauffées par les rouges du canapé : tout contribue à créer une atmosphère de calme et de silence.

Ce portrait est le premier tableau avec lequel Fantin-Latour participe au Salon en 1861. Il s'était vu refuser un autoportrait en 1859. On y retrouve déjà la sobriété, le dépouillement et la sévérité qui caractériseront ses portraits ultérieurs.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter