Anonyme
Photographie spirite

Photographie spirite (médium et spectres)
Anonyme
Photographie spirite (médium et spectres)
Vers 1910
Epreuve argentique
H. 14 ; L. 9,8 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski


Photographie spirite (médium et spectre d'enfant)
Photographie spirite (trois silhouettes spectrales)
Photographie spirite (spectre d'indien)
Photographie spirite (médium et spectre de femme)

Photographie spirite (médium et spectres)


La photographie à vocation spirite, donnant la trace de "l'atmosphère fluidique de l'homme vibrant à sa périphérie comme la manifestation extracutanée de sa force intime et personnelle", a été très à la mode à partir des années 1890. Les résultats photographiques sont extrêmement intéressants, révélant des images fantomatiques qui trouveront leur plus belle expression dans les épreuves futuristes de Bragaglia en 1913 ou dans certaines photographies du peintre Edvard Munch et de l'écrivain, peintre et photographe August Strindberg.
La photographie spirite du tournant du siècle dernier représente un véritable mouvement de caractère historique. Elle est pratiquée par des pseudo-scientifiques regroupés dans des associations ou, comme c'est peut-être le cas ici, par des amateurs.
Cette image est tirée d'un album provenant des Etats-Unis, dans lequel sont regroupés cent vingt huit tirages de photographies spirites. Comme toujours dans ce type d'oeuvres, l'on cherche surtout à faire apparaître ce que l'oeil humain ne peut pas voir. Il peut s'agir d'apparitions, de prétendues radiations qui émanent du corps du sujet, ou, comme ici, de fantômes.
L'album montre des portraits d'hommes et de femmes avec des images en surimpression qui représentent des spectres. Parmi ceux-ci, l'on remarque des indiens et le sosie d'Abraham Lincoln. Les costumes datent visiblement du tournant du siècle dernier. Le titre de l'album, en lettres gothiques or et couleurs : Mors Janua bitar et l'autre texte, à la fin : "Auld Lang Syne. Should auld acquaintance be forgot. And never brought to mind? Should auld acquaintance be forgot. And days of auld lang syne?" (premier couplet de Ce n'est qu'un au-revoir de Robert Burns) sont typiques des imprécations spirites.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter