Roger Fenton
La vallée de l'ombre de la Mort

La vallée de l'ombre de la Mort
Roger Fenton (1819-1869)
La vallée de l'ombre de la Mort
1856, prise de vue de 1855
Epreuve sur papier salé à partir d'un négatif verre au collodion humide
H. 28,4 ; L. 35,7 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

La vallée de l'ombre de la Mort


Dans son activité de photographe, Roger Fenton a excellé dans tous les genres : paysage, vue d'architecture, reportage, portrait et même, à l'occasion, nature morte. Sa plus grande contribution à l'histoire de la photographie réside toutefois dans le reportage sur la guerre de Crimée, qu'il effectue à la demande de la reine Victoria. Les 360 clichés qu'il en ramène, inspirés et remarquables par leur maîtrise technique, constituent une étape importante du reportage de guerre.

La vallée de l'ombre de la Mort (The Valley of the Shadow of Death ), fait partie de cet ensemble. On y voit un ravin désolé jonché de boulets. Ce lieu avait été ainsi baptisé par les soldats de l'armée britannique, maintes fois défaits par les Russes en cet endroit.
L'image offre une sorte d'équivalent visuel du poème de Tennyson, La charge de la brigade légère. L'écrivain y rend hommage aux six cents cavaliers britanniques morts dans cette même vallée le 25 octobre 1854 tout en dénonçant l'absurdité du conflit. Pour des raisons d'ordre idéologique autant que technique, il n'est pas question pour Fenton de reproduire les combats ni les morts. Mais le sentiment de désolation qu'inspire son image constitue un symbole éloquent de l'horreur de la guerre.
Fenton a parfois été accusé d'avoir mis en scène sa photographie en changeant les boulets de place. C'est peu probable car les combats qui faisaient rage alentour ne lui en ont probablement pas laissé le loisir.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter