Peter Henry Emerson
Marsh Weeds

Marsh Weeds [Herbes des marais]
Peter Henry Emerson (1856-1936)
Marsh Weeds [Herbes des marais]
Epreuve photomécanique (héliogravure)
H. 10 ; L. 14,3 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski


The Snow Garden
A Rushy Shore

Marsh Weeds [Herbes des marais]


Traitement en à-plat de la composition spatiale, ligne d'horizon très haute et, surtout, présence de brins d'herbe sur la neige qui dessinent des motifs proches de la peinture japonaise : Marsh Weeds, image publiée en 1895 dans l'album Marsh Leaves [Feuilles des marais], est indiscutablement l'une des oeuvres les plus japonisante de Peter Henry Emerson. A ce titre, elle peut être comparée à The Snow garden [Le jardin sous la neige], un autre paysage d'hiver paru dans le même ouvrage.

Marsh Leaves, l'ultime album d'Emerson et son chef-d'oeuvre, marque de la façon la plus radicale l'évolution survenue dans l'art du photographe, parti d'une vision naturaliste pour aboutir à un graphisme très épuré. Néanmoins, ses tendances japonisantes étaient déjà perceptibles dans des images telles que The snowy marshlands [Marécages enneigés], publiée en 1893 dans le recueil On english lagoons [Dans les lagons anglais]. Et, dès 1886, l'on pouvait observer chez Emerson un certain penchant pour les compositions en à-plat, les effets graphiques, avec notamment A rushy shore [Rive de joncs], l'une des planches de son premier album, Life and Landscape of the Norfolk broads [Vie et paysages dans les marais du Norfolk]. Il faut sans doute y voir l'influence des impressionnistes français, en particulier de Monet, grand amateur d'estampes, mais également celle du peintre anglais Whistler, qu'Emerson connaissait personnellement.

En 1890, cinq avant avoir réalisé cette image, Emerson écrivait dans l'un de ses essais théoriques qu'il ne croyait plus que la photographie soit un art. Venant d'un homme ayant fortement influencé les pictorialistes, cette affirmation est surprenante. Toutefois, face à une oeuvre aussi aboutie que Marsh Weeds, il est permis de douter qu'Emerson ait véritablement adhéré à ce postulat.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter