Charles Nègre
Le joueur d'orgue de barbarie

Le joueur d'orgue de barbarie et deux enfants qui l'écoutent
Charles Nègre (1820-1880)
Le joueur d'orgue de barbarie et deux enfants qui l'écoutent
1853
Epreuve sur papier salé à partir d'un négatif verre perdu
H. 20,6 ; L. 15,6 cm
© R.M.N.

Le joueur d'orgue de barbarie et deux enfants


Installé à Paris depuis 1839, Charles Nègre (1820-1880) entre dans l'atelier de Delaroche, puis dans celui de Drolling et enfin dans celui d'Ingres. Encouragé par Delaroche qui invitait ses élèves à utiliser la photographie pour leurs compositions, le jeune homme s'initie à cette technique en commençant par celle du daguerréotype. Mais c'est en utilisant le procédé mis au point par son condisciple Gustave Le Gray que Nègre va trouver sa voie au milieu du XIXe siècle. Ses vues de marché prises sur le vif attirent l'attention des critiques par leur nouveauté. Photographe de l'instant avant même l'invention de l'instantané, Nègre poursuit sa recherche quasi-picturale avec la série des ramoneurs.

Avec cette photographie d'un joueur d'orgue de barbarie, Charles Nègre montre son talent pour la scène de genre, fréquemment traitée par les photographes français des années 1840-1850. La scène se passe dans la cour de l'atelier du peintre - photographe, 21 quai de Bourbon, dans l'île Saint-Louis à Paris. Nègre a composé trois scènes très différentes sur le même sujet, sujet cher à la littérature de l'époque, de Murger à Baudelaire. Celle-ci, par la monumentalité de sa composition et par son traitement dépourvu de toute sentimentalité, rappelle les tableaux de Chardin que Nègre a pu voir au Louvre ou connaître par la gravure.




Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter