Charles Cottet
Au pays de la mer. Douleur

Au pays de la mer. Douleur dit aussi Les victimes de la mer. Douleur
Charles Cottet (1863-1925)
Au pays de la mer. Douleur dit aussi Les victimes de la mer. Douleur
entre 1908 et 1909
Huile sur toile
H. 2,64 ; L. 3,45 m
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Les victimes de la mer. Douleur


Acheté par l'Etat au Salon des boursiers de voyage de 1912, ce grand tableau indifféremment intitulé Au pays de la mer, douleur ou Les Victimes de la mer, est une des nombreuses variations que peignit Cottet pour évoquer la dure condition des marins et de leurs familles. Utilisant une composition où la géométrie est extrêmement présente, il transforme son sujet, le retour du corps d'un noyé sur le port de l'île de Sein, en un événement universel. On y retrouve le sempiternel renouvellement de la mort du Christ, pleuré par quatre femmes aux costumes sombres intemporels, substituts de la Vierge et des Saintes femmes.

La référence religieuse ne s'arrête pas à l'allusion évangélique. Dans la disposition en frise des personnages, elle se réfère aussi aux sculptures de bois ou de pierre de l'époque gothique, durant laquelle la ferveur religieuse fut intense. Si l'émotion et une douleur ostentatoire distinguent les femmes au centre, la résignation semble prévaloir parmi la foule alentour, tandis que le décor environnant, imbrication de facettes de couleurs lumineuses, évoque une éternité supérieure à ce qui ne peut être qu'un bref passage sur terre.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter