Stephan Abel Sinding
Banquette à dossier

Banquette à dossier
Stephan Abel Sinding (1846-1922)
Banquette à dossier
Entre 1890 et 1900
Chêne sculpté et teinté, textiles
H. 197 ; L. 187 ; P. 72 cm
© Thierry Malty

Banquette à dossier


Stephan Sinding fut certainement l'un des sculpteurs scandinaves les plus renommés de son temps : Carl Jacobsen lui consacre une place de premier choix dans le musée qu'il fonde à Copenhague en 1888, la Ny Carlsberg Glyptotek, tandis que de nombreux et importants monuments commémoratifs lui sont commandés pour les villes de Bergen et Christiana (aujourd'hui Oslo).
Doté d'une formation éclectique menée à Christiana, Berlin, Paris et Rome, Sinding se forge un style syncrétique mêlant naturalisme et thématique nationale-romantique dont sont particulièrement emblématiques Le marteau de Volundr (Oslo, Najonalgalleriet), Heimdall, Walhalla (Copenhague, Ny Carlsberg Glyptotek) et la spectaculaire Walkyrie du parc de Langelinie à Copenhague.

Le sculpteur fit des incursions dans le domaine des arts décoratifs en donnant des modèles de bas-reliefs pour la manufacture de porcelaine Bing & Grondhal de Copenhague et de statuettes chryséléphantines commercialisées par la firme berlinoise Keller & Reiner, mais surtout en créant pour son propre usage plusieurs pièces de mobilier dont cette imposante banquette.
Débitrice du point de vue typologique des exemples prônés par Viollet-le-Duc et les Arts & Crafts de William Morris, elle se rattache par son décor au courant symboliste teinté de wagnérisme : faut-il voir dans le bas-relief ornant le haut dossier une allusion à Parsifal assailli par les filles-fleurs de Klingsor ou à Siegfried recueillant les plaintes des filles du Rhin ?


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter