Edgar Degas
Cheval arrêté

Cheval arrêté
Edgar Degas (1834-1917)
Cheval arrêté
Entre 1865 et 1881
Statuette en cire avec socle en bois
H. 31,5 ; L. 39,7 ; P. 19,7 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean Schormans

Cheval arrêté


Degas, chercheur perfectionniste que le poète Mallarmé surnomme "le rigoureux" vit pour le dessin, se passionne pour la photographie, réinvente le monotype. Et la sculpture ? Il la met à contribution pour "améliorer" sa peinture. Ayant exposé au salon de 1866 un tableau, Scène de steeple-chase, où figurait un cavalier à terre, Degas a pu lire dans la presse : "Comme ce jockey, le peintre ne connaît pas encore parfaitement le cheval". Degas veut progresser et "faire au moins aussi bien" que ce "mauvais peintre Meissonier". "Pour arriver […] à une exactitude si parfaite qu'elle donne la sensation de la vie, il faut recourir aux trois dimensions, et cela non seulement parce que le travail du modelage exige de la part de l'artiste une observation prolongée, une faculté d'attention plus soutenue, mais parce que l'à-peu-près n'y est pas de mise" dit-il au critique Thiebault-Sisson.

Entortillant des fils de fers sur une planchette de bois pour fabriquer la structure, Degas modèle ses sculptures en massant la cire. Il économise son matériau en incorporant par endroits du liège. Ainsi, la radiographie révèle que Degas a utilisé le bouchon d'une bouteille de vin pour la tête du cheval. Ses amis, le peintre Gustave Moreau et Joseph Cuvelier ont pu lui donner l'idée de modeler : ils ont eux-mêmes laissé des statuettes en cire. Quant à sa recherche sur le mouvement, elle coïncide avec les découvertes des photographes Eadweard Muybridge, publiées dans La Nature de 1878 et celles d'Etienne-Jules Marey.

Grâce au don de quatre cires fait par Paul Mellon en 1956 quand il acheta l'ensemble aujourd'hui exposé à la National Gallery de Washington - don qu'il compléta d'une cinquième cire en 1992- l'acte créateur de Degas est présenté au musée d'Orsay dans sa fraîcheur, tous les bronzes étant, quant-à eux, posthumes.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter