Léon Lhermitte
La paye des moissonneurs

La paye des moissonneurs
Léon Lhermitte (1844-1925)
La paye des moissonneurs
1882
Huile sur toile
H. 215 ; L. 272 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

La paye des moissonneurs


Léon Lhermitte est né dans l'Aisne en 1844, et y séjourna jusqu'à vingt ans environ. Ceci explique certainement son profond attachement à la vie rurale et son oeuvre abondant, presque uniquement consacré à l'évocation des travaux et des jours de la campagne contemporaine.

D'origine modeste, il va longtemps vivre entre la France et l'Angleterre de petits travaux de gravure avant d'être reconnu au Salon à partir de 1874. La consécration vient après 1880, lorsque l'artiste adresse successivement plusieurs peintures de grand format décrivant la vie et les personnages de son village natal de Mont-Saint-Père. Le Cabaret en 1881, Cette Paye des Moissonneurs en 1882 et La Moisson en 1883, mettent en effet en scène les mêmes personnages identifiables d'un tableau à l'autre. On reconnaît ainsi le faucheur Casimir Dehan, assis à gauche de la scène, saisi après le travail, l'air absent ou résigné.

Dans La paye des moissonneurs, le sujet et la technique relèvent du mouvement naturaliste. Pourtant, Lhermitte ne fait pas de ce tableau un manifeste contre l'abrutissement auquel sont soumis les travailleurs agricoles, comme l'avait fait Jules Bastien-Lepage dans son tableau Les foins de 1877, lui aussi dans les collections du musée d'Orsay. Il se contente d'un constat dénué de tout élément polémique où il met en oeuvre ses exceptionnelles capacités artistiques, de la composition générale remarquablement équilibrée au rendu extrêmement précis des plus infimes éléments.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter