Edward Burne-Jones
L'adoration des mages

L'adoration des mages
Edward Burne-Jones (1833-1898)
L'adoration des mages
1904
Tapisserie haute lisse, laine et soie
H. 258 ; L. 377,5 cm
© Musée d'Orsay, dist. RMN-Grand Palais / Patrice Schmidt

L'adoration des mages


En 1886 le recteur de l'Exeter College d'Oxford passe commande à William Morris, l'âme du mouvement Arts & Crafts, d'une tapisserie destinée à la chapelle de son établissement. Le sujet proposé – une adoration des mages – est immédiatement approuvé par William Morris et Edward Burne-Jones. Deux ans plus tard, le peintre, qui collabore avec Morris & Company depuis une dizaine d'année notamment dans le domaine du vitrail, livre le carton de la tapisserie, aujourd'hui conservé au Victoria & Albert Museum de Londres. En réalité seules les figures sont de sa main, verdure et architecture ayant été confiées à son collaborateur John Henry Dearle.

Cette composition est la première que Burne-Jones ait spécifiquement conçue pour la technique de la tapisserie. Auparavant les pièces tissées d'après ses dessins par les lissiers des ateliers installés par Morris en 1881 à Merton Abbey étaient des adaptations de cartons de vitraux. Achevée en 1890 L'adoration des mages comble tous les espoirs de cet amoureux du beau métier, fasciné par l'atmosphère des guildes médiévales, qu'est Morris. Il déclare alors : "rien de tel n'a jamais été réalisé".Cet enthousiasme est partagé par la critique et les amateurs. En effet, neuf versions sont commandées entre 1890 et 1907. Celle-ci est réalisée en 1904 à la demande du banquier Guillaume Mallet lors de l'aménagement de sa maison du Bois des Moutiers à Varengeville-sur-mer (Seine-Maritime) construite par l'architecte Sir Edwin Lutyens.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter