Frédéric-Auguste Bartholdi
Le Bon Samaritain

Le Bon Samaritain
Frédéric-Auguste Bartholdi (1834-1904)
Le Bon Samaritain
1853
Bronze
H. 26 ; L. 39,3 ; P. 24 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Gérard Blot

Le Bon Samaritain


Les petits formats de ce genre sont rares dans l'oeuvre de Bartholdi, qui préfère la sculpture colossale et est surtout célèbre pour sa Statue de la Liberté, offerte par la France aux Etats-Unis en 1886. Mais ce Bon Samaritain est une oeuvre de jeunesse, le sculpteur n'a alors que 19 ans lorsqu'il la modèle. C'est d'ailleurs la première oeuvre qu'il expose au Salon, en 1853.

Ce bronze illustre une parabole du Nouveau Testament, par laquelle le Christ prêche la charité envers son prochain : un voyageur est battu et dépouillé par des brigands qui le laissent pour mort sur la route. Un prêtre et un lévite passent sans s'arrêter. Seul un Samaritain, appartenant à un peuple que les Juifs tiennent pour impie, lui porte secours. La composition doit beaucoup à la peinture. Bartholdi se montre ici le digne élève d'Ary Scheffer, qui a contribué à renouveler la peinture religieuse en l'orientant vers l'épure et la concision. En même temps, ce petit groupe a une saveur orientaliste. Le Bon Samaritain est vêtu comme un nomade du désert, avec un burnous. Deux ans plus tard, Bartholdi réalisera son rêve en parcourant l'Orient, accompagné du peintre et sculpteur Jean-Léon Gérôme.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter