Edouard Manet
Le fifre

Le fifre
Edouard Manet (1832-1883)
Le fifre
1866
Huile sur toile
H. 160 ; L. 97 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Le fifre


Manet, qui avait trouvé dans une manière et des sujets hispanisants, la voie de son propre talent, ne découvre que tardivement, en 1865, l'Espagne et le musée du Prado. Le Pablo de Valladolid de Velasquez l'impressionne particulièrement et le peintre confie alors à son ami Fantin-Latour : "[c'est] le plus étonnant morceau de peinture qu'on ait jamais fait... Le fond disparaît : c'est de l'air qui entoure le bonhomme, tout habillé de noir et vivant".

De retour à Paris, Manet applique ces principes à un sujet contemporain. Un simple et anonyme enfant de troupe se voit donc traité comme un grand d'Espagne. Non seulement, Manet bouleverse les hiérarchies de la représentation, mais il accompagne également ce choix d'un langage audacieusement simplifié. Le peintre utilise ainsi des aplats, très nets dans les noirs, quelques effets de modelé dans les chairs et dans l'étui de l'instrument, et des empâtements dans les blancs qui soulignent les plis des tissus. La palette colorée est très réduite, et l'espace sans profondeur. On distingue à peine la limite entre le plan horizontal du sol et le plan vertical du fond, coloré d'un gris très peu nuancé et totalement dépouillé.

L'oeuvre rejetée par le jury du Salon de 1866, est une de celles qui fonda l'enthousiasme d'Emile Zola pour le peintre. L'écrivain décela, dans la vérité du propos et de la manière, l'expression d'un sentiment proprement moderne.

Dossier Manet


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter