Charles-François Daubigny
Moisson

Moisson
Charles-François Daubigny (1817-1878)
Moisson
1851
Huile sur toile
H. 135 ; L. 196 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Moisson


Attiré par le plein air, Daubigny séjourne fréquemment à Barbizon à partir de 1843. Ce grand tableau clair - étranger aux tonalités plus sombres de Rousseau, Millet ou Diaz à la même période -, avec son horizon largement ouvert sur un ciel lumineux, annonce par l'emploi de couleurs pures, juxtaposées, le travail en plein air des impressionnistes.
Très remarquée au Salon de 1852, cette toile est le premier grand succès de l'artiste. Les frères Goncourt lui consacrent alors un long commentaire : "Une bande de lumière rose raie le ciel dans toute sa largeur. D'épaisses traînées de pinceau aux bavures bleues tracent des hachés de plantations encore jeunes. Toute la campagne dessine, comme un damier d'or, des carrés de bleu. Moissonneurs pliés en deux et moissonneuses qui se hâtent par les étroits sentiers, et gerbes qu'on bottelle, et charrettes qu'on charge, toute cette activité se groupe pittoresquement dans l'embrasement doré au milieu duquel le pinceau, essuyé de sa couleur, fait étinceler çà et là un sillon [...]. On a jamais mieux traduit la moisson; [...] et le tableau de M. Daubigny est un chef-d'oeuvre, en dépit de la négligence de ses fonds". Nombre de critiques devaient plus tard reprocher aux impressionnistes l'aspect "esquissé" de leurs compositions.
Les dimensions monumentales de cette toile attestent d'une reprise en atelier. Mais Daubigny reste l'un des premiers à tenter de traduire l'éphémère à l'aide de tons clairs et d'une touche rapide, ce qui en fait l'un des grands maîtres du paysage moderne, admiré par des artistes tel que Van Gogh.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter