Vincenzo Gemito
Porteur d'eau

Porteur d'eau (Acquaiolo)
Vincenzo Gemito (1852-1929)
Porteur d'eau (Acquaiolo)
1881
Bronze probablement fondu par l'artiste
H. 53,6 ; L. 21,3 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski


Porteur d'eau (Acquaiolo)

Porteur d'eau (Acquaiolo)


En 1877, l'Italien Gemito expose au Salon parisien une sculpture représentant un jeune pêcheur (Il Pescatore, bronze à Florence, Museo Nazionale del Bargello). Le succès de cette oeuvre encourage l'artiste à poursuivre dans ce genre en donnant à ses modèles des poses plus expressives. Ici, l'allure balancée de ce scugnizzo - surnom donné aux enfants de Naples - , son sourire et son geste aguicheurs lui donnent une charge érotique évidente. Le sculpteur nous propose certes une scène de rue réaliste, un dialogue vivant entre un vendeur d'eau fraîche et son client assoiffé - invisible. Mais la nudité de l'enfant ainsi que le socle en forme de fontaine ornée d'un mascaron situent cette scène dans l'Antiquité romaine, ce qui permet à l'artiste de justifier son érotisme.

C'est à Naples, sa ville natale où il est rentré après un long séjour parisien, que Gemito réalise cette statuette. Une première version, pudiquement pourvue d'un caleçon, est destinée au roi de Naples Francesco II, en exil dans la capitale française.

Gemito fait partie de ces sculpteurs de la seconde moité du XIXe siècle appelés "néoflorentins" qui se sont inspirés de la Renaissance italienne, notamment des sculptures de Verrocchio, Donatello et Giambologna. Cette oeuvre se situe dans la continuité du Pêcheur dansant la tarentelle de Francisque Duret (Louvre) et du Jeune Pêcheur napolitain de Rude (Louvre). Mais elle puise aussi dans la statuaire romaine antique, les nombreux faunes en bronze, au corps gracile, découverts dans les ruines des villas luxueuses de Pompéi et d'Herculanum.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter