Emmanuel Fremiet
Ravachol

Ravachol
Emmanuel Fremiet (1824-1910)
Ravachol
1904
Plâtre et corde
H. 24,6 ; L. 20 ; P. 15,6 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Jean-Gilles Berizzi


Chauchard

Ravachol


En règle générale, les sculptures de Fremiet sont composées de manière simple et descriptive, selon une esthétique fondée sur l'exactitude scientifique. Le sculpteur n'en développe pas moins au cours de sa carrière une veine très différente. Il se délecte en effet à modeler des figures de fantaisie, cauchemardesques, et souvent humoristiques. Le décor de la salle à manger de l'hôtel Dervillé est l'une des réalisations majeures de l'artiste dans ce domaine.

Stéphane Dervillé (1848-1925), fils d'un célèbre marbrier, est l'un des organisateurs de l'Exposition universelle de 1900, puis commissaire de la section française de l'exposition de Turin en 1911. Il commande à Fremiet le décor de son hôtel particulier, proche du parc Monceau à Paris, qui avait auparavant appartenu à Sarah Bernhardt.
Ce décor animalier et fantastique, réalisé entre 1890 et 1904, est composé de deux groupes en bronze, Le pélican gastronome et Le singe aux bulles de savon (ces dernières étant constituées d'ampoules électriques), de deux lustres, et de deux statuettes fantastiques en bronze faisant pendant : Chauchard et Ravachol.

Le ton de l'ensemble est nettement satirique, comme en témoigne l'inscription aux pieds des singes : Liberté /A bas Dervillé / le gérant. Cette touche anarchisante éclaire le titre de cette savoureuse statuette, mi-loup, mi-gargouille, tous crocs dehors. Ravachol évoque directement l'anarchiste, de son vrai nom François Claudius Koenigstein, auteur de plusieurs attentats et guillotiné en 1892. Le nom qui affuble le pendant, dont le plâtre fut acquis par le musée d'Orsay en 1993, fait allusion à Alfred Chauchard (1821-1909), directeur des Grands Magasins du Louvre, célèbre collectionneur et grand donateur des musées nationaux... parfait contrepoint du terroriste. Ce modèle original permet d'aborder un aspect moins connu de l'oeuvre de Fremiet, par ailleurs bien représenté au musée d'Orsay.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter