Paul Signac
Route de Gennevilliers

Route de Gennevilliers
Paul Signac (1863-1935)
Route de Gennevilliers
1883
Huile sur toile
H. 73 ; L. 91,5 cm
© RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Route de Gennevilliers


Dès le début des années 1880, le jeune Paul Signac manifeste son goût pour les paysages urbains en peignant des vues de Montmartre et de la banlieue parisienne, notamment d'Asnières où il demeure avec sa mère. Cette vue de la banlieue Nord de Paris témoigne de cet intérêt, même si la zone industrialisée est rejetée au loin, sur la ligne d'horizon. La large place accordée à la route, les panneaux indicateurs, les quelques arbres décharnés, décrivent là encore un paysage entièrement modelé par l'activité humaine.

Dans cette Route de Gennevilliers, l'influence de Monet est encore perceptible. Signac avait pu admirer des oeuvres du maître impressionniste dans les bureaux de la revue La Vie Moderne en 1880, et lors de son exposition particulière chez Durand-Ruel en 1883. La composition du premier plan en larges aplats évoque les paysages que Monet réalise autour des années 1870, notamment pendant sa période d'Argenteuil (1871-1878).
Ce paysage présente également des affinités thématiques et stylistiques avec les vues de banlieue peintes par Sisley, Pissarro ou Caillebotte une dizaine d'années auparavant, ce qui en fait l'une des dernières oeuvres manifestement impressionnistes de Signac. L'année suivante il se lie avec Seurat et découvre la technique divisionniste qu'il adopte définitivement.


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter