Otto Schönthal
Villa Vojcsik, Vienne, façade sur rue

Villa Vocjcsik à Vienne, façade sur rue, élévation et perspective
Otto Schönthal (1878-1961)
Villa Vocjcsik à Vienne, façade sur rue, élévation et perspective
Vers 1901
Crayon, plume et encre, aquarelle sur carton
H. 31,8 ; L. 24 cm
© DR - RMN-Grand Palais (Musée d'Orsay) / Hervé Lewandowski

Villa Vojcsik, Vienne, façade sur rue, élévation et perspective


Le musée a eu, en 1997, la rare opportunité d'acquérir un exceptionnel ensemble de quarante dessins illustrant la carrière de trois célèbres architectes viennois, émules d'Otto Wagner : Otto Schönthal, Emil Hoppe et Marcell Kammerer. L'ensemble couvre les dix plus importantes années de la recherche architecturale viennoise, depuis les débuts de la Sécession (1898) jusqu'aux années 1908-1910, avant la rupture définitive imposée par la guerre. C'est une époque d'intense activité architecturale : concours, constructions, publications se multiplient, dont ce fonds de dessins rend compte. Ces oeuvres illustrent les solutions apportées par les architectes aux besoins de l'époque moderne : immeuble de rapport, luxueuse villa, hôtel particulier, palais officiel, théâtre, établissement thermal, grand hôtel de voyageur, banque.

Ces trois jeunes hommes montrent un tel talent que Wagner leur confie de très importants projets, la Postsparkässe (Caisse d'épargne, 1903-1906) et l'église Am Steinhof (1904-1907) au point qu'il est difficile, à partir de 1898, de distinguer, dans les projets du maître, sa main de celles des trois architectes. Ils s'associent et créent leur agence en 1909. C'est aussi cette année là que Schönthal devient directeur de la prestigieuse revue Der Architekt.

Les dessins de la villa Vojcsik furent réalisés par Schönthal au cours de sa troisième année de scolarité chez Wagner et c'est aussi sa première commande importante. Le docteur Vojcsik lui confia la construction d'une villa comprenant un cabinet de consultation. Elle fut élevée sur la Linzer Strasse en 1901-1902. Cette villa marque le recul de la décoration sécessionniste et l'apparition des premiers volumes géométriques abstraits dans l'architecture viennoise. On y voit un savant dosage de canons formels classicisants, de simplicité constructive et d'éléments ornementaux variés, venus de toutes les provinces, orientales entre autres, de l'immense empire Austro-Hongrois


Augmenter la taille du texte Réduire la taille du texte Envoyer à un ami Imprimer
Facebook
Google+DailymotionYouTubeTwitter